la femme tortue

Poucet version XXIe siècle (publication 2008)

Théâtre à jouer par les enfants et adolescents.

C’est connu : Poucet est futé et ses frères pas débrouillards, le bûcheron et la bûcheronne abandonnent leurs enfants, l’ogre mange les petits garçons et l’ogresse a bon cœur… Mais si cela se passait de nos jours ? Où les parents pourraient-ils perdre leurs enfants ? Les forêts sont trop exiguës pour qu’on s’y perde ! Et comment Poucet s’y prendra-t-il pour ramener ses frères à la maison ? La pièce est l’occasion de réfléchir sur les notions de pauvreté et de misère, de partage, de responsabilité politique, mais encore de justice sociale. Une leçon d’éducation civique – drôle et fantasque - pour les enfants qui se confrontent de l’intérieur à l’inégalité de traitement, la faim et l’injustice par le jeu de la mise en abîme de ce conte mythique.

Ecritures théâtrales-Grand Sud Ouest , Volume 6

EXTRAIT :

BÛCHERON : J’ai plus une tune

BÛCHERONNE : Comment ça, plus une tune ?

BÛCHERON : Ben ouais. Plus un flèche, plus un rotin, plus un faffe, plus rien… plus rien dans la poche de mon falzar.

BÛCHERONNE : Mais comment je vais faire pour préparer mon Beurgeurkain moi ?

Entrée Poucet à quatre pattes. Il va se cacher sous la table.

BÛCHERON : Je ne sais pas.

BÛCHERONNE : Hein ? Nos sept lardons, comment je vais les nourrir ?

BÛCHERON : Je ne sais pas.

BÛCHERONNE : Et tu crois que c’est avec des « je ne sais pas » que je vais faire la tambouille pour sept mômes et pour toi ?

BÛCHERON : Je ne sais pas. JE NE SAIS PAS. Tu sais bien que j’attends un virement des alloc et le hérémi.

BÛCHERONNE : Ouais parlons-en des alloc ! Ça fait quatre matinées que tu perds à aller là-bas, et on a toujours rien reçu. Et pendant ce temps, tu ne cherches pas de travail.

BÛCHERON : Le travail, ça ne se cherche pas, ça se trouve.

BÛCHERONNE : Eh Ben tu dois avoir de la merde dans les yeux parce que t’en trouves pas souvent, du taffe !


La pièce a été créée dans une mise en scène de l’auteur par les élèves de l’AELThéâtre à Talence en 1997, puis reprise en 2002 et en 2006.