la femme tortue

Bienvenue sur le site officiel de Marwil Huguet

Actuellement

  • novembre

    en novembre les feuilles tombent - les feuilles écrites des librairies - et pourrissent sur place parce que personne ne peut les lire.

    En novembre les masques ne tombent pas - sauf ceux de la tragédie qui sont posés en coulisse avec les cothurnes en attendant que la skéné fasse de nouveau retentir les voix d’œdipe, de Tirésias ou d’Antigone.

    En novembre la grande surface se porte bien

    En novembre nous attendons dans nos maisons - pour ceux et celles qui ont la chance d’avoir une maison et non pas un 20m2

    En novembre on lit de gros romans... enfin si on a eu le réflexe d’aller à la bibliothèque ou la librairie avant le confinement.

    En novembre ne regardez pas la télé. Débranchez-là et jetez-la dehors devant chez vous. Vous verrez, on s’en passe très bien !

    A la place lisez ou relisez Khalil Gibran : Le prophète par exemple. C’est magnifique. Ou bien le Stabat mater furiosa de Jean-Pierre Siméon ; ou encore Les disparus de Daniel Mendelsohn. et pour ceux qui préfèrent la BD, il ne faut pas oublier Les vieux fourneaux 5 tomes, bientôt un 6e.

    Et quoi d’autre ? Allez... un petit poème pour la soif :

    Savoir avant de dire

    Que les mots vertueux d’ordinaire s’égarent

    Feuilles graines poussières

    Au vent

    À la marée

    Au hasard des oreilles absentes

    Savoir avant de dire

    Que certains mots détruisent les oreilles attentives

    un certain ordre linguistique ’Tu es’... tue

    Longue route que l’initiation au verbe

    Mot émoi

    Sensible son

    Extrait de Au milieu du pont Marwil Huguet